Subvention des formations.

Lire la suite

Appui à la création d’emplois décents.

Lire la suite

Appui au montage de dossiers de demandes de financements .

Lire la suite

Financement

Facilitation de l’accès au financement

Lire la suite

Accueil > Actualités > Allocution du representant résident du PNUD


Allocution du representant résident du PNUD

Je voudrais tout d’abord remercier le Ministre de la Jeunesse, de la Formation Professionnelle et de l’Emploi de nous avoir associés à cette cérémonie de lancement officiel des activités du sous-Programme « Augmentation de revenus et Promotion de l’Emploi Décent en faveur des femmes et des jeunes » (PARPED).

Monsieur le Ministre,
Mesdames et Messieurs,
Selon les résultats du Recensement Général de la Population et de l’Habitation de 2006, la population du Burkina Faso était estimée à 14.017.262 habitants au cours de cette année-là, avec un taux de croissance annuel estimé à 3,1%.
Cette population en pleine croissance est surtout très jeune. En effet, 80% de cette population a moins de 35 ans et près de 60% a moins de 20 ans.
Les jeunes constituent certes un atout, mais leur insertion en matière d’éducation, de santé et d’insertion dans la vie productive à travers la création d’emplois représente d’importants défis à relever.
En effet, l’offre d’emploi formelle qui ne représente que 7% du total des emplois selon le RNDH 2012 est insuffisante pour absorber la demande d’emplois des populations actuelles inoccupées et les demandes en perspective.
Selon les données de l’Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD), la population active de 15 ans et plus devrait augmenter de 140.000 à 150.000 personnes par an jusqu’en 2015. Par contre la création d’emplois de ces dernières années a été estimée en moyenne à environ 20.000 emplois par an.
Monsieur le Ministre,
Mesdames et Messieurs,
Face à ces défis, le Gouvernement a décidé d’accorder une plus grande priorité à l’emploi et à la jeunesse en créant le Ministère de la Jeunesse et de l’Emploi en 2006 devenu plus tard Ministère de la Jeunesse, de la Formation Professionnelle et de l’Emploi (MJFPE). Dans ce cadre, il a également adopté en 2008 une Politique Nationale de l’Emploi (PNE) assortie d’un plan d’actions opérationnel dont l’objectif principal est d’accroître les opportunités d’emplois décents.
Au nombre des différentes initiatives et mesures, il faut également relever les efforts entrepris pour le renforcement du service public de l’emploi parmi lesquels on peut noter : (i) la restructuration de l’Office National de Promotion de l’Emploi en une Agence Nationale pour l’Emploi ; (ii) la création de plusieurs Fonds d’appui et de promotion des initiatives des jeunes, de l’emploi, de la formation professionnelle et de l’apprentissage et du secteur informel avec un guichet unique regroupant tous ces fonds dans chacun des 12 chefs-lieux de région du pays autres que Ouagadougou afin d’en améliorer l’accès ; (iii) la création d’un Observatoire de l’Emploi et de la Formation professionnelle ; (iv) la mise en place d’un Programme National de Volontariat ; (v) la mise en place du Conseil National de l’Emploi et de la Formation Professionnelle et récemment (vi) le lancement du Programme Spécial de Création d’Emploi pour les Jeunes et les Femmes.


Monsieur le Ministre,
Mesdames et Messieurs,
Malgré les efforts d’éployés et les résultats obtenus eu égard à l’ampleur des besoins, des défis subsistent. En effet, la revue des dépenses publiques du Ministère de la Jeunesse et de l’Emploi sur la période 2006-2009 réalisée en 2010 par le Bureau International du Travail (BIT), révèle que les capacités humaines, techniques et financières du service public de l’emploi restent encore largement limitées.
Selon l’étude susmentionnée et celle que le BIT a réalisée en 2011 sur les fonds nationaux du Burkina Faso, le nombre de personnes appuyées par les fonds de promotion de l’auto emploi du Ministère est assez faible au regard de la population potentiellement concernée en raison des 4 défis majeurs auxquels ils sont confrontés à savoir : (i) la faible mobilisation des ressources de financement ; (ii) la faiblesse des capacités de suivi des bénéficiaires ; (iii) la forte orientation des financements dans les activités commerciales peu créatrices d’emplois et (iv) la faible orientation des financements en milieu rural.
Par ailleurs, il est à noter que les guichets uniques créés dans les régions ne sont que des points d’information sur les fonds et de dépôt des demandes de financements et non des points de décision d’octroi de crédit.
Monsieur le Ministre,
Mesdames et Messieurs,
Dans le cadre de son programme de coopération 2011-2015 avec le Burkina Faso, le PNUD continue à apporter sa contribution au Gouvernement pour relever le défi de l’emploi décent à travers la réalisation du sous-Programme « Augmentation de revenus et Promotion de l’Emploi Décent en faveur des Femmes et des jeunes (PARPED).
Cette assistance du PNUD permettra entre autre de poursuivre l’appui à l’ONEF pour l’amélioration de l’information sur le marché du travail, de contribuer à l’élaboration du plan stratégique de développement de l’ANPE, de mener la réflexion pour ouvrir le PNVB sur le secteur privé, d’appuyer la décentralisation de la politique nationale de l’emploi au niveau des régions de la Boucle du Mouhoun et du Nord.
Il est également envisagé d’expérimenter la décentralisation de la décision d’octroi de crédit au niveau des guichets uniques de ces deux régions pilotes. Le PARPED renforcera leurs capacités en ressources humaines à cet effet. Le sous-Programme appuiera également le Ministère dans la poursuite de la réflexion qu’il mène pour une fusion des fonds de promotion de l’emploi. Par ailleurs, la fusion des fonds de promotion de l’emploi est une des recommandations formulées dans le RNDHD 2012 consacré à l’emploi décent et au développement humain durable et cela, dans l’objectif de mobiliser davantage de ressources pour la promotion de l’entreprenariat et de rationaliser leur utilisation.
Monsieur le Ministre,
Mesdames et Messieurs,
Les objectifs assignés au PARPED se veulent complémentaires et en synergie avec ceux entrepris par les autres intervenants du secteur de l’emploi, notamment le Programme Spécial de Création d’Emplois pour les Jeunes et les Femmes lancé par le Gouvernement en Novembre 2011 et le Programme Pays pour l’emploi décent du BIT.

Monsieur le Ministre,
Je voudrais pour terminer, vous assurer une fois de plus de la disponibilité du PNUD à poursuivre son soutien aux efforts du Gouvernement pour la promotion de l’employabilité des jeunes et des femmes et de l’emploi décent.

Je vous remercie pour votre aimable attention.

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.